L’exercice peut être mauvais pour votre fertilité. Voici comment faire de l’exercice sans risque.

Pendant longtemps, on a tenté de manière sexiste d’exclure les femmes des activités sportives en raison des préoccupations concernant leur fertilité. En 2010, l’ancien mythe de l’utérus nomade a même été cité comme une raison pour laquelle le saut à ski n’était «pas approprié pour les dames».

Il va sans dire que cette idée est complètement absurde. Les femmes peuvent courir, sauter, skier et nager sans se soucier que leurs organes vitaux ne tombent.

Cependant, les femmes qui essaient de tomber enceinte s’inquiètent souvent de savoir si l’exercice peut avoir un impact sur leur fertilité. Nous savons que le mythe de l’utérus nomade est sexiste et sans fondement mais se peut-il qu’il y ait une part de vérité dans l’idée que l’exercice réduirait vos chances de grossesse ?

Il s’avère que la réponse est oui, l’exercice peut avoir un impact négatif non négligeable sur votre fertilité si vous ne faites pas attention à manger suffisamment à côté. Dans ce post, nous vous expliquerons comment faire de l’exercice sans risque et nous vous proposerons quelques auto-évaluations faciles à faire pour savoir si votre routine d’exercice peut avoir un impact négatif sur votre cycle.

Attendez, je croyais que faire de l’exercice était bon ?

Commençons par Préciser ceci : une activité physique régulière est bonne et recommandée pour votre santé et votre bien-être en général. L’exercice vous aide à maintenir votre poids, à améliorer votre santé cardio-vasculaire ou encore à juste vous sentir mieux. A priori, rien ne laisse à penser que l’exercice pourrait être néfaste pour votre fertilité 1.

Le problème apparaît chez certaines femmes dans le cas de déficit d’énergie – notamment lorsque vous brûlez plus de calories que vous n’en consommez. Attention, développer un déficit énergétique est bien plus commun que vous ne le croyez.

Exercice et déficit énergétique

Votre système reproductif est très sensible aux déficits d’énergie et c’est une bonne chose. En période de famine, lorsque nos ancêtres devaient marcher des kilomètres pour trouver juste assez de calories pour survivre, cette capacité à stopper le système de reproduction a probablement aidé à notre survie à long terme, et nous a permis de nous reproduire lorsque nous disposions de ressources suffisantes pour nourrir nos enfants.

Vous me direz aujourd’hui, vous ne vous inquiétez probablement pas de manquer de nourriture…  Alors, pourquoi devriez-vous penser aux déficits énergétiques? Eh bien … avez-vous déjà essayé de perdre du poids, éliminer certains groupes d’aliments de votre régime, tenté d’ignorer le sentiment de faim ou fait plus d’exercice sans adapter votre consommation de calories? Si vous avez répondu oui à l’une de ces questions, il est probable que vous ayez déjà connu un déficit énergétique.

Gardez en tête que vous pouvez subir un déficit d’énergie même si votre pourcentage de masse grasse est très faible 2. Si votre ingestion d’énergie est trop faible pour que votre corps remplisse ses fonctions basiques, vous êtes en déficit énergétique. Si votre IMC est inférieur à 25 et que vous essayez de tomber enceinte, il peut être bon d’éviter de tomber en déficit énergétique.

Si vous êtes surprise d’entendre qu’il est possible d’être en déficit énergétique alors même que vous n’êtes pas en sous-poids, sachez que vous n’êtes pas seule. Nous avons souvent des idées préconçues sur ce qui est sain ou pas, généralement cela implique de jolis fessier et abdos et certainement pas de cellulite et une bouée au ventre.

Le truc c’est que, ça n’est pas parce que quelqu’un a l’air en bonne santé qu’il l’est. Un corps sain est un corps avec un cycle menstruel sain.

En quoi est-ce un problème ?

Les troubles menstruels liés à l’exercice sont fréquents chez les femmes qui font de l’exercice, cela touche jusqu’à 60% d’entre elles d’après une étude 3.

Une étude a été menée pour comparer les cycles de femmes faisant de l’exercice et de celles n’en faisant pas. Elle révélé que parmi les femmes faisant de l’exercice, 25% des cycles étaient anovulatoires et 25% des cycles avaient des phases lutéales courtes. Seulement 48% des cycles de femmes faisant de l’exercice étaient normaux! (À titre de comparaison, 95% des cycles de femmes ne faisant pas d’exercice étaient normaux).

Une autre étude a comparé les femmes faisant de l’exercice à des femmes sédentaires, les femmes sédentaires se sont révélées ovuler beaucoup plus régulièrement que les femmes ayant une activité physique importante. 95% des femmes sédentaires avaient toujours des cycles ovulatoires, contre seulement 32% pour les femmes exerçant une activité physique 4.

Si ces chiffres vous surprennent, vous n’êtes pas seule. Il est difficile d’évaluer à quel point ce problème est généralisé car l’impact du déficit énergétique sur la fertilité n’est pas toujours évident.

La forme la plus extrême de troubles menstruels liés à l’exercice est l’aménorrhée hypothalamique, où le cycle s’arrête complètement. Si cela vous arrivait, vous l’avez probablement déjà remarqué (sauf si vous êtes sous contraception hormonale, ce qui masque les symptômes). Mais il y a d’autres troubles menstruels plus subtils qui peuvent se produire même lorsqu’une femme a toujours ses règles de manière régulière. Ces troubles menstruels « invisibles » ne sont pas faciles à diagnostiquer, mais peuvent tout de même être un signe d’infertilité (sans parler d’autres conséquences graves pour la santé)5.

La plupart des femmes n’ont aucune idée de ce qui se passe pendant leurs cycles en dehors de leurs règles. Et ce n’est pas aussi simple qu’il semble pour un médecin de détecter ce type de problèmes, car il faudrait tester les niveaux d’hormones à différents moments tout au long du cycle. Ce que vous pouvez faire pour vous assurer que votre cycle est sain, est d’apprendre à le suivre.

Voici différents cas par ordre de sévérité :

Dysfonctionnement de la phase lutéale

Une phase lutéale normale dure 12 à 14 jours. Avec un déficit énergétique, vous pouvez avoir un cycle menstruel ovulatoire régulier, et avoir une phase lutéale de 10 jours ou moins. Les phases lutéales courtes s’accompagnent souvent de phases folliculaires prolongées; ce qui signifie que votre cycle pourrait durer 28 jours mais avec une phase folliculaire de 21 jours et une phase lutéale de 7 jours. Or les problèmes de phase lutéale ont un impact négatif sur vos chances de tomber enceinte.

Cycle anovulatoire

Dans un cycle anovulatoire, l’œstrogène n’augmente pas suffisamment pour déclencher le mécanisme provoquant l’ovulation. Vous pouvez toujours avoir des règles régulières sans pour autant qu’il y ait ovulation (vous pouvez confirmer si votre cycle est ovulatoire en prenant votre température).

Cycles irréguliers

Le déficit énergétique peut entraîner des cycles longs et irréguliers pouvant être ovulatoires ou anovulatoires. Cette condition n’est pas bien comprise et présente des profils hormonaux hautement irréguliers. L’une des causes les plus courantes de cycles irréguliers est le SOPK, mais le déficit énergétique peut également provoquer des cycles irréguliers. Faire la différence entre des cycles irréguliers causés par un déficit énergétique et ceux causés par des OPK est délicat et nécessite un dépistage minutieux, mais c’est important, car le traitement pour SOPK et les déficiences énergétiques n’est pas le même.

Aménorrhée hypothalamique

La forme la plus grave des troubles menstruels est l’arrêt total du cycle menstruel. Il est impossible de tomber enceinte lorsque vous n’avez pas de cycle, et cela comporte des conséquences sérieuses pour la santé autre que la fertilité.

Le côté positif :

Si ce post vous déprime, ne vous inquiétez pas, il y a aussi un côté positif.

L’exercice n’est pas le problème en soi!

Des études ont tenté de comprendre si le problème intrinsèque venait de l’exercice lui-même et il semblerait que non. Il ne s’agit que du déficit énergétique. Mais attention, il semble que le développement d’un déficit énergétique soit beaucoup plus commun que beaucoup de femmes ne le pensent. La bonne nouvelle ici est que si vous êtes vigilante et adapter vos calories en fonction de votre niveau d’activité, vous pouvez maintenir un cycle sain

L’exercice ne semble pas causer de dommages permanents à la fertilité.

Lorsque vous remédier au déficit énergétique, votre fertilité devrait être complètement intacte6. Il peut falloir un certain temps pour que le cycle se remette et cela implique généralement plusieurs étapes : de l’aménorrhée hypothalamique aux cycles irréguliers jusqu’à l’anovulation puis à la phase lutéale courte et finalement à des cycles sains7.

C’est pourquoi il est important de vous assurer que le solde énergétique est complétement et durablement. L’équilibre énergétique peut prendre du temps à se rétablir et lorsque vous essayez de concevoir, vous n’êtes probablement pas très patiente. Les traitement pour la fertilité peuvent certainement aider à accélérer les choses, mais ils ne sont généralement efficaces que s’ils sont accompagnés d’un effort important pour remédier à la déficience énergétique notamment avec un exercice réduit et une augmentation des calories.

Si vous devez prendre du poids, il se peut que ça ne soit pas beaucoup.

Le poids qui doit être regagné pour le retour de cycles sains n’est généralement pas exorbitant 8. Cinq à dix kilogrammes peuvent être tout ce qu’il faut pour retomber dans des conditions de fertilité optimales.

 

Note de l’auteur:

  1. Un déficit énergétique peut complètement dérégler vos cycles
  2. Le déficit énergétique est plus commun que la plupart des femmes ne pensent – surtout lorsqu’elles mènent une activité physique
  3. L’idée que vous vous faites d’un corps sain – jolis fessier et abdos, pas de cellulite ou de poignée d’amour, pourrait ne pas être aussi saine que ça. Pour de nombreuses femmes, la quantité de calories nécessaires pour éviter un déficit énergétique n’est simplement pas compatible avec leur morphologie. Un corps avec un cycle menstruel sain est le plus sain.

 

*Ce post ne couvre pas la déficience énergétique pour les femmes présentant un IMC supérieur à 25. Bien qu’il soit possible de développer des troubles menstruels en raison de l’augmentations rapide d’exercices intenses associées à une diminution des calories, il existe également des avantages de fertilité associés à une perte de poids progressive lorsqu’on a un poids excessif.

 

Find Your Fertile Window - Order Now

  1. Loucks AB, Verdun M, Heath EM. Low energy availability, not stress of exercise, alters LH pulsatility in exercising women. J Appl Physiol. 1998;84(1):37–46.
  2. Scheid JL, De Souza MJ, Hill BR, Leidy HJ, Williams NI. Decreased luteinizing hormone pulse frequency is associated with elevated 24-hour ghrelin after calorie restriction and exercise in premenopausal women. Am J Physiol Endocrinol Metab. 2013;304(1):E109–16.
  3. De Souza MJ, Toombs RJ, Scheid JL, O’Donnell E, West SL, Williams NI. High prevalence of subtle and severe menstrual disturbances in exercising women: confirmation using daily hormone measures. Hum Reprod. 2010;25(2):491–503.
  4. Gibbs JC, Williams NI, De Souza MJ. Prevalence of individual and combined components of the female athlete triad. Med Sci Sports Exerc. 2013;45(5):985–96.
  5. De Souza MJ, Toombs RJ, Scheid JL, O’Donnell E, West SL, Williams NI. High prevalence of subtle and severe menstrual disturbances in exercising women: confirmation using daily hormone measures. Hum Reprod. 2010;25(2):491–503.
  6. Bullen BA, Skrinar GS, Beitins IZ, von Mering G, Turnbull BA, McArthur JW. Induction of menstrual disorders by strenuous exercise in untrained women. N Engl J Med. 1985;312(21):1349–53.
  7. Mallinson RJ, Williams NI, Olmsted MP, Scheid JL, Riddle ES, De Souza MJ. A case report of recovery of menstrual function following a nutritional intervention in two exercising women with amenorrhea of varying duration. J Int Soc Sports Nutr. 2013;10:34.
  8. Mallinson RJ, Williams NI, Olmsted MP, Scheid JL, Riddle ES, De Souza MJ. A case report of recovery of menstrual function following a nutritional intervention in two exercising women with amenorrhea of varying duration. J Int Soc Sports Nutr. 2013;10:34.

Ava for healthcare professionals

Please confirm that you are a healthcare professional or researcher

I am a healthcare professional

I am interested in Ava for personal use

DÉCOUVRIR AVA | COMMANDER AVA

Jade & Tanner Got Pregnant with Ava!

Thank you everyone for all the support and for sharing your stories since we announced our pregnancy on Wednesday! We are so excited! For those of you who have been following us for a while, you may have seen our past post back in November about using the @avawomen bracelet to help us get pregnant faster. We got pregnant really soon after we started using Ava! I wore the bracelet every night while sleeping and Ava told us which five days were the best days to try for a baby each month. It took so much stress out of the process and was so easy to use. Since so many of you have kindly opened your hearts to me and have shared your stories about trying to get pregnant, I wanted to share what worked for us. Also, I've partnered with Ava to get you all a $20 off coupon code: JANNERBABY I'll be using Ava for all our future pregnancies and cycle tracking between babies. Thank you, Ava.

Mamiblock Got Pregnant with Ava!

@Mamiblock​ benutzt nun auch Ava! Hier ein kleiner Ausschnitt aus Julias Beitrag auf Youtube in dem sie erklärt, wie Ava funktioniert! Wir sind gespannt, wie es weiter geht mit Ava und Julia! Einen erholsamen Samstag Euch allen!

VOIR LA VIDÉO | COMMANDER AVA

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Pour plus d'informations

Ce site utilise ses propres cookies et des cookies de tiers pour pouvoir adapter la publicité à vos préférences. Si vous souhaitez en savoir plus ou modifier vos paramètres, cliquez ici. En continuant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Fermer