« Je suis en parfaite santé… sauf que je n’ai pas mes règles. »

Vous avez une forme olympique, vous chaussez chaque matin vos baskets pour une séance de running ou ne rateriez pour rien au monde votre séance quotidienne de Cross Fit après le travail. Vous suivez l’évolution des principes nutritionnels concernant le gluten comme certains suivraient le basketball ou les primaires. Vous êtes radieuse en débardeur, fit, musclée et svelte. Mais il y a un problème, un problème que vos amis et collègues admiratifs de votre hygiène de vie ne remarqueront jamais et  qui trotte dans votre tête : je n’ai pas mes règles.

Vous avez l’impression qu’on parle de vous ? Il se peut que vous souffriez d’aménorrhée hypothalamique, une maladie caractérisée par un arrêt de la menstruation dû à un stress accru associé à la fois à une activité physique trop soutenue et une alimentation insuffisante. On estime que 30 pour cent des femmes qui n’ont plus leurs règles sont touchées par cette maladie. Nombre d’entre elles ne réalisent qu’elles ont un problème que lorsqu’elles décident d’avoir un enfant, cessent de prendre leur contraception… et ne voient jamais leurs règles arriver.

La bonne nouvelle, c’est que dans la plupart des cas, les femmes atteintes d’aménorrhée hypothalamique  parviennent à en sortir et à tomber enceintes naturellement. Cet article répond à toutes vos questions sur cette maladie et vous explique comment en guérir.

Quelles sont mes chances de tomber enceinte si je souffre d’aménorrhée hypothalamique ?

Si vous êtes atteinte d’aménorrhée hypothalamique, vous devez impérativement guérir pour tomber enceinte. Votre médecin pourra vous conseiller des traitements inducteurs de l’ovulation, par exemple Femara ou Clomid, mais ils seront plus efficaces si vous êtes d’ores et déjà sur la voie de la guérison. Si ces médicaments ne sont pas efficaces, vous pourrez recevoir un traitement injectable, mais dans l’intérêt de votre grossesse, votre allaitement et votre bien-être en général, il est préférable de modifier les habitudes de vie qui sont à l’origine de votre aménorrhée.

Quels sont les effets de l’aménorrhée hypothalamique sur ma santé ?

L’aménorrhée hypothalamique est un problème de santé sérieux qui n’altère pas uniquement votre fertilité. La maladie est aussi associée à une perte osseuse, une sécheresse de la peau et des cheveux, des troubles digestifs, un épuisement, un sommeil de mauvaise qualité, une baisse de la libido et un risque accru de maladie cardiovasculaire. Heureusement, des études révèlent que ces changements ne sont pas irrémédiables et disparaissent avec la reprise des cycles naturels.

Quel est le profil des femmes atteintes d’aménorrhée hypothalamique ?

  • Les femmes actives et sportives : si vous faites beaucoup de sport, et ne mangez pas suffisamment pour fournir à votre corps l’énergie nécessaire à votre activité physique, vous vous exposez au risque d’aménorrhée hypothalamique. Il est impossible prédire avec précision qui contractera la maladie en se basant sur l’indice de masse corporelle ou l’intensité de l’activité physique : certaines femmes peuvent être génétiquement plus à risque que d’autres. Dans la plupart des cas, il semble que l’association activité physique intense et faible poids corporel peut, à un seuil variable d’une femme à l’autre, constituer un puissant cocktail inhibiteur de l’ovulation.
  • Les femmes souffrant de troubles alimentaires : même sans sport, un régime extrêmement restrictif peut provoquer une aménorrhée hypothalamique.
  • Les femmes de toutes corpulences ayant perdu beaucoup de poids : toutes les femmes atteintes d’aménorrhée hypothalamique ne sont pas minces. Si vous étiez en surpoids et avez perdu du poids, il se peut que vous soyez atteinte d’aménorrhée hypothalamique, même si vous avez aujourd’hui un poids de forme.

Que se passe-t-il dans mon corps lorsque je n’ai pas mes règles ?

L’hypothalamus est la partie du cerveau qui régule le sommeil, la faim, la température corporelle et le cycle menstruel. Il libère l’hormone de libération des gonadotrophines (GnRH), qui stimule la libération de l’hormone lutéinisante (LH) et de l’hormone folliculo-stimulante (FSH). Toutes deux jouent un rôle essentiel au cours du processus ovulatoire. Chez une femme atteinte d’aménorrhée hypothalamique, l’hypothalamus libère moins de GnRH. Par conséquent, la quantité de LH ou FSH sécrétée n’est pas suffisante pour qu’une ovulation se produise.

Comment traiter l’aménorrhée hypothalamique ?

Votre guérison dépendra des facteurs à l’origine de la disparition de vos règles. Si vous avez perdu beaucoup de poids, vous devrez manger davantage. Si vous faites trop de sport,, vous devriez pouvoir réduire un peu votre activité physique sans trop modifier votre alimentation. Si vous souffrez de stress chronique, il vous faudra trouver des techniques saines pour y faire face, telles que la méditation et le yoga.
Pour de nombreuses femmes, la guérison passe par une modification des trois paramètres suivants : le poids, l’activité physique et le stress. L’absence de règles est un signe que votre hygiène de vie est source de stress pour votre organisme, même si vous ne vous sentez pas stressée. Analysez votre mode de vie, en particulier les changements que vous avez opérés depuis la disparition de vos règles, et tâchez de trouver un moyen de réduire votre niveau de stress.

Quelle quantité d’exercice puis-je pratiquer lorsque j’essaie de retrouver mes cycles ?

Le moins possible. Le moyen le plus rapide de traiter une aménorrhée hypothalamique est de cesser immédiatement toute activité physique intense.

La plupart des femmes atteintes de cette maladie trouvent extrêmement difficile de réduire aussi radicalement leur pratique sportive, et tentent donc d’accroître leur apport calorique tout en conservant ou réduisant modérément leur niveau d’activité physique. Mais le sport en soi, indépendamment des habitudes alimentaires, contribue de multiples façons à l’inhibition du cycle. Les endorphines, les substances chimiques sécrétées au cours d’une séance de sport qui procurent une sensation de bien-être, inhibent la sécrétion de GnRH, une hormone importante pour la reproduction. Une activité physique excessive diminue également la production de leptine, qui stimule la libération de GnRH. Enfin, l’exercice accroît la sécrétion de cortisol, un signe de stress physiologique.

Si vous n’arrivez pas à réduire votre activité physique, pensez que cette mesure n’est que temporaire. Nombre des femmes qui guérissent d’une aménorrhée hypothalamique parviennent à reprendre leurs entraînements habituels sans voir leurs cycles disparaître. En revanche, il est extrêmement difficile de retrouver des cycles normaux lorsque l’on pratique le sport à outrance.

Même une pratique sensiblement réduite peut rester excessive pour permettre un retour des règles. Si vous avez réduit votre activité physique et augmenté votre apport calorique, mais n’avez toujours pas vos règles plusieurs mois après, essayez de vous limiter à la marche (des promenades tranquilles, pas des marches frénétiques avec dénivelé) et au yoga (du yoga relaxant, pas du Bikram).

Quelle quantité d’aliments dois-je manger pour que la machine se remette en marche?

Lorsque l’on traite une aménorrhée hypothalamique, tout aliment est bon à prendre. C’est de calories que votre organisme a besoin pour se remettre ; peu importe que ces calories proviennent du chou et du quinoa ou de donuts et de chocolat. En réalité, vous avez sans doute tout intérêt à manger des donuts plutôt que du chou, car les aliments hypocaloriques et riches en fibres peuvent vous donner une sensation de satiété avant que vous ayez consommé suffisamment de calories. (Essayez de consommer l’équivalent de 500 calories de brocoli. On a fait mieux en termes de goût ; et bonjour l’odeur !)

Plusieurs familles d’aliments peuvent être consommées sans aucune modération :

  • Les produits laitiers entiers : de récentes études laissent suggérer que les femmes qui consomment au minimum une portion de produit laitier entier par jour sont moins susceptibles de présenter des troubles ovulatoires que celles qui consomment des produits laitiers allégés ou sans matière grasse. L’œstrogène se dissout dans la matière grasse ; il est donc présent dans les produits au lait entier.
  • Les glucides simples : vous avez peut-être pour habitude d’éviter le sucre, le pain blanc et les pâtes. Pourtant, ces aliments à indice glycémique élevé, entre autres, peuvent être particulièrement utiles pour retrouver vos règles. Lorsque l’on a une concentration élevée de glucose dans le sang, les neurones à GnRH déchargent plus rapidement, ce qui entraîne une production accrue de FSH et de LH, et donc une augmentation du nombre d’ovocytes !

Les exercices avec haltères sont bénéfiques pour la masse osseuse. Permettent-ils de compenser la perte osseuse provoquée par l’aménorrhée hypothalamique ?

Malheureusement non. Les effets bénéfiques des exercices de musculation sur les os ne sont pas suffisants pour prévenir les effets indésirables d’un déficit en œstrogène.

Combien de poids vais-je devoir prendre ?

Dans les études menées auprès de femmes ayant guéri d’une aménorrhée hypothalamique, la prise de poids les rapproche généralement d’un indice de masse corporelle (IMC) de 22-23. Mais nous sommes toutes différentes. Combien pesiez-vous quand vous avez eu vos règles pour la première fois ? Combien de kilos avez-vous perdus avant la disparition de vos cycles ?

Si vous avez une activité physique excessive, et ne vous privez pas spécialement à l’heure des repas, vous pourrez retrouver vos règles simplement en limitant vos entraînements, sans prendre beaucoup de poids. Une étude a montré que les danseuses arrêtées pour blessure retrouvaient leurs règles lorsqu’elles ne pouvaient plus s’entraîner, même si leur poids restait le même.

Devrais-je prendre la pilule pendant le traitement ?

Si vous essayez d’ores et déjà de tomber enceinte, les contraceptifs oraux ne sont évidemment pas une option.

Mais dans le cas des femmes qui ne souhaitent pas concevoir immédiatement, certains médecins prescrivent une pilule contraceptive. On considère en effet que l’aménorrhée hypothalamique est associée à un faible taux d’hormones qui protègent de la perte osseuse, auquel les pilules contraceptives peuvent contribuer à remédier. Néanmoins, l’augmentation de la densité minérale osseuse qui accompagne généralement le retour des cycles naturels est sensiblement plus importante que ce que l’on peut obtenir avec un contraceptif ou toute autre œstrogénothérapie. En d’autres termes, les pilules contraceptives ont une efficacité plus limitée que les changements d’hygiène de vie, et peuvent masquer le problème sous-jacent.

Find Your Fertile Window - Order Now

Ava for healthcare professionals

Please confirm that you are a healthcare professional or researcher

I am a healthcare professional

I am interested in Ava for personal use

DÉCOUVRIR AVA | COMMANDER AVA

Jade & Tanner Got Pregnant with Ava!

Thank you everyone for all the support and for sharing your stories since we announced our pregnancy on Wednesday! We are so excited! For those of you who have been following us for a while, you may have seen our past post back in November about using the @avawomen bracelet to help us get pregnant faster. We got pregnant really soon after we started using Ava! I wore the bracelet every night while sleeping and Ava told us which five days were the best days to try for a baby each month. It took so much stress out of the process and was so easy to use. Since so many of you have kindly opened your hearts to me and have shared your stories about trying to get pregnant, I wanted to share what worked for us. Also, I've partnered with Ava to get you all a $20 off coupon code: JANNERBABY I'll be using Ava for all our future pregnancies and cycle tracking between babies. Thank you, Ava.

Mamiblock Got Pregnant with Ava!

@Mamiblock​ benutzt nun auch Ava! Hier ein kleiner Ausschnitt aus Julias Beitrag auf Youtube in dem sie erklärt, wie Ava funktioniert! Wir sind gespannt, wie es weiter geht mit Ava und Julia! Einen erholsamen Samstag Euch allen!

VOIR LA VIDÉO | COMMANDER AVA