Enquête révèle de nombreuses idées reçues sur les fausses couches

woman in shadow

Une enquête d’Ava révèle de nombreuses idées reçues sur les fausses couches

Près de la moitié des femmes se blâment elles-mêmes lors d’une fausse couche

Une enquête menée par la startup Femtech Ava dans les pays germanophones révèle que près de la moitié des femmes (46%) qui ont fait une fausse couche se blâment elles-mêmes. En outre, plus de 70% sont convaincues que le stress peut déclencher une fausse couche, 37% considèrent que l’activité physique intensive en est la cause et 35% attribuent la faute au fait de porter des objets lourds, bien que cela ait été longtemps réfuté par la recherche.

Les résultats de l’enquête menée auprès de 1’323 femmes adultes de Suisse, d’Allemagne et d’Autriche montrent que les idées reçues sur les fausses couches sont encore largement répandues. « C’est triste de voir que ces mythes sur les fausses couches existent toujours, commente Maureen Cronin, Chief Medical Officer d’Ava. Il est prouvé depuis des années que les fausses couches ne sont pas causées par le stress, les mouvements ou le fait de lever des objets lourds. Pourtant, ces idées reçues sont tellement ancrées dans l’esprit des gens qu’il n’est pas surprenant qu’environ la moitié des femmes touchées se considèrent elles-mêmes comme responsables. » Une recherche similaire conduite aux Etats-Unis et en Angleterre auprès de 3’440 femmes adultes par l’entreprise suisse en septembre a obtenu des résultats similaires, démontrant l’ampleur de ces idées préconçues et fausses.  

Des soins médicaux inadéquats

Les résultats de l’enquête suggèrent également que de nombreuses femmes qui ont fait une fausse couche ne reçoivent pas suffisamment de soutien de la part de leur médecin. Alors que 81% des femmes interrogées désiraient retomber enceintes immédiatement après la fausse couche, plus de la moitié (55%) ont déclaré que leur médecin leur avait conseillé d’attendre plusieurs cycles. Ce conseil a été donné quand bien même les dernières recherches médicales démontrent que pour la majorité des femmes, il n’est pas problématique d’essayer à nouveau durant le premier cycle suivant une fausse couche. De plus, 26% des répondantes estiment que leur médecin ne leur a pas donné la compassion dont elles auraient eu besoin.

« Il est surprenant de voir que l’on conseille encore à de nombreuses femmes d’attendre quelques cycles alors que plusieurs études qualitatives importantes montrent qu’il n’y a aucune raison de le faire. Cela est d’autant plus le cas que des études récentes* vont même dans la direction opposée, ajoute Maureen Cronin. Selon les résultats de ces dernières, les femmes qui retombent enceintes dans les six premiers mois après une fausse couche ont un risque moindre de perdre à nouveau leur enfant. »

Avec cette enquête, Ava tient à dévoiler les idées préconçues qui prévalent sur les fausses couches afin de contribuer à une meilleure éducation de la population. C’est pourquoi l’entreprise suisse mène des enquêtes annuelles auprès des femmes de différents pays.

* https://www.bmj.com/content/341/bmj.c3967
* https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4780347

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Plus d'information Acceptez

This site is using first and third party cookies to be able to adapt the advertising based on your preferences. If you want to know more or modify your settings, click here. By continuing to use the site, you agree to the use of cookies.