AvaWorld

Complications et fausse couche

Qu’est-ce que le placenta praevia ? (Et que dois-je savoir à ce sujet ?)

Si vous êtes enceinte, vous avez sûrement entendu parler du placenta praevia, l’une des complications possibles de la grossesse. Mais d’où vient cette complication et quelle est sa gravité ?

Dans cette publication, nous examinerons :

  • Les signes et symptômes du placenta praevia
  • Les facteurs de risque du placenta praevia
  • À quel moment appeler votre médecin

 

Principaux points à retenir

  • Le placenta praevia survient lorsque le placenta présente un positionnement anormal, et recouvre partiellement ou entièrement le col de l’utérus.
  • Symptôme le plus caractéristique : écoulement indolore de sang rouge vif.
  • Facteurs de risque les plus courants : un précédent accouchement par césarienne et l’âge (moins de 20 ans ou plus de 35 ans).
  • Dans la plupart des cas, le placenta praevia peut être pris en charge et finir par un accouchement normal.

 

Qu’est-ce que le placenta ?

Avant de nous lancer en détails dans le placenta praevia, prenons un peu de recul pour admirer le merveilleux placenta. Car son origine relève en effet d’un exploit incroyable : votre corps développe un organe entièrement nouveau (et temporaire) spécialement conçu pour soutenir le fœtus qui se développe ! Bien que son fonctionnement soit complexe, le placenta agit essentiellement en tant que filtre à double sens entre la mère et le bébé, reliant le fœtus et la paroi utérine par le cordon ombilical.

Tandis que le sang circule dans l’utérus, le placenta en absorbe les nutriments, l’oxygène et les molécules immunitaires et les transmet au bébé. Puis, lorsque les déchets et le dioxyde de carbone s’accumulent dans le sang du bébé, ils passent en retour dans votre sang qui les filtre.

Le placenta se forme pendant la phase de nidation. Plus spécifiquement, lorsqu’un spermatozoïde fertilise un ovule, une structure dénommée blastocyste se forme. Lorsque ce blastocyste s’implante dans votre paroi utérine, la partie interne de cette structure se transforme en embryon, et la partie externe, en placenta.

 

Qu’est-ce que le placenta praevia ?

 

D’ordinaire, le placenta se fixe sur la paroi utérine, de façon à ne pas obstruer le col de l’utérus. Mais parfois, il se place à proximité ou sur l’ouverture du col de l’utérus. Cela peut entraîner divers problèmes tels qu’une tension dangereusement basse, des saignements et un accouchement prématuré.

Lorsque le placenta s’insère trop bas, il peut aussi lui arriver de se séparer de la paroi utérine. Quand cela se produit, le placenta n’est plus en mesure de soutenir le bébé avant sa naissance. Dans un tel cas, il se peut que votre médecin vous recommande un accouchement par césarienne.

 

À quelle fréquence survient le placenta praevia ?

La bonne nouvelle est que cette situation est relativement rare et survient pour 1 grossesse sur 200. Si un placenta praevia vous est diagnostiqué de manière précoce pendant votre grossesse, il n’y a pas lieu de s’inquiéter car la plupart de ces cas précoces se résolvent par eux-mêmes sans intervention.

 

Quels sont les divers types de placenta praevia ?

On distingue trois types de placenta praevia :

  • Le praevia central (totalement recouvrant) qui obstrue complètement l’orifice interne du col de l’utérus.
  • Le praevia partiel qui obstrue seulement partiellement l’orifice interne du col de l’utérus.
  • Le praevia marginal qui atteint l’orifice interne du col de l’utérus mais sans le recouvrir.

 

Même si votre médecin préconise une césarienne pour le placenta praevia, surtout dans les cas totalement recouvrant, il est toujours possible de donner naissance par voie naturelle dans les cas de praevia partiel et marginal, tel que l’indique cette étude. (L’étude a également révélé que plus le placenta est éloigné du col de l’utérus, plus les chances d’un accouchement par voie naturelle réussi sont élevées.)

 

À quoi le placenta praevia est-il dû ?

Alors que les causes exactes du placenta praevia sont inconnues, on estime qu’il peut être causé par la présence d’une cicatrice sur l’utérus ou l’endomètre. Cette cicatrice peut provenir d’une césarienne antérieure ou des suites du retrait d’un fibrome utérin.

 

Quels sont les symptômes du placenta praevia ?

Les symptômes les plus perceptibles de placenta praevia sont un saignement soudain de couleur rouge vif survenant tard dans la grossesse, la plupart du temps autour de la 32e semaine.

Les autres symptômes pouvant être détectés sont :

  • Des contractions prématurées
  • Un utérus anormalement large pour l’âge gestationnel

 

La bonne nouvelle, c’est que dans la plupart des cas, le placenta praevia se résout par lui-même, surtout s’il est diagnostiqué de manière précoce. À mesure que votre utérus grandit, il peut éloigner le placenta de l’orifice interne du col de l’utérus, sur le côté comme un ballon.

Cependant, si le placenta recouvre entièrement l’orifice interne du col de l’utérus, ou si le diagnostic survient plus tardivement pendant la grossesse,   il est moins probable qu’il se résolve  naturellement.

 

Existe-t-il des facteurs de risque pour le placenta praevia ?

Certains facteurs de risque augmentent la probabilité de développer un placenta praevia pendant votre grossesse.

Ces facteurs de risque sont :

  • Avoir déjà eu une grossesse avec placenta praevia.
  • Avoir déjà eu une césarienne ou d’autres interventions chirurgicales au ventre ou au col de l’utérus.
  • Avoir moins de 20 ans ou plus de 35 ans.
  • Avoir eu une grossesse multiple, une naissance par le siège ou un bébé ne se présentant pas dans la bonne position.

La recherche a montré que certaines différences ethniques et raciales jouent un rôle dans la prévalence du placenta praevia. Cette étude a révélé que le placenta praevia était plus fréquent chez les femmes d’origine asiatique (puis chez les amérindiennes, les caucasiennes et les hispaniques).

 

Quels sont les problèmes liés ?

En général, le placenta est expulsé après la naissance du bébé après s’être détaché de la paroi de l’utérus. C’est pourquoi le placenta est également dénommé « arrière-faix ». Cependant, si le placenta couvre ou bloque l’orifice interne, il risque de se déchirer, de saigner ou d’entraîner une hémorragie chez la mère, susceptible d’engager son pronostic vital.

Si le placenta est endommagé ou déchiré, vous pourrez présenter des saignements rouge vif indolores. Dans un tel cas, votre médecin effectuera une échographie afin de déterminer l’origine du saignement.

 

Comment le placenta praevia est-il diagnostiqué ?

La meilleure façon de diagnostiquer le placenta praevia est d’effectuer une échographie. Il est recommandé d’effectuer une échographie trans-vaginale car ses résultats sont bien plus précis qu’à travers la paroi abdominale. L’échographiste déterminera la distance réelle entre le bord du placenta et l’orifice cervical interne situé à proximité du bébé. Si la distance est trop courte, un examen de suivi sera préconisé pour le troisième trimestre.

 

Comment le placenta praevia est-il traité ?

Avant que le travail ne commence, le repos est souvent recommandé dans les cas de placenta praevia. Mais parfois, en cas de saignements excessifs, il vous faudra vous rendre à l’hôpital, le meilleur endroit pour recevoir une transfusion sanguine et traiter rapidement les problèmes tels que l’anémie.

Votre médecin devra pondérer divers facteurs afin de déterminer de quelle façon procéder : votre âge, la santé et la durée de votre grossesse, la santé du bébé, si le placenta a commencé ou non à se détacher de la paroi utérine. Votre traitement aura pour objectif de diminuer les saignements et le risque d’une naissance avant terme. Certains médecins recommandent de rester au lit, bien que l’efficacité de cette méthode ne soit pas entièrement prouvée.

Alors que certaines femmes présentant un placenta praevia partiel ou marginal peuvent accoucher par voie naturelle, la césarienne est souvent la meilleure option pour les futures mamans présentant un placenta praevia central.

 

Que dois-je faire avec un diagnostic de placenta praevia ?

Même si un tel diagnostic peut paraître terrifiant, soyez certaine que cette situation est souvent bien gérée, et qu’elle se résout même parfois d’elle-même. La plupart des femmes dans cette situation finissent par accoucher sans difficulté, par césarienne ou par voie naturelle.

Cependant, en cas de saignements ou de contractions (commençant environ 2 semaines avant la date d’accouchement), veuillez contacter votre médecin immédiatement.


Allison Sarno

Related posts

Related posts

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Plus d'information Acceptez

This site is using first and third party cookies to be able to adapt the advertising based on your preferences. If you want to know more or modify your settings, click here. By continuing to use the site, you agree to the use of cookies.