AvaWorld

De semaine en semaine

Grossesse : semaine 1

Grossesse : semaine 1

Même si cela semble impossible, pendant votre grossesse : semaine 1, vous n’êtes pas enceinte du tout ! La plupart des médecins considèrent le premier jour de vos dernières règles comme le début de votre grossesse, même s’il n’y a absolument rien qui grandit dans votre ventre (à part peut-être des crampes menstruelles). Parce qu’il est si difficile de déterminer la date d’ovulation ou de conception exacte, mais qu’il est généralement assez simple pour les femmes de se rappeler du jour de leurs dernières règles, les médecins utilisent cette donnée pour calculer votre date d’accouchement. En réalité, vous ne concevrez pas votre bébé avant la deuxième ou la troisième semaine (en fonction de votre cycle).

Combien mon bébé mesure-t-il ?

Longueur du bébé : 0,00 mm.

Poids du bébé : 0,00 g.

Votre bébé est encore un ovule confortablement niché dans un follicule dans votre ovaire, et l’autre moitié de l’indispensable ADN est un spermatozoïde qui n’existe peut-être pas encore.

Comment mon bébé se développe-t-il ?

Pendant la première semaine, votre bébé n’existe pas encore ! Bien que vous ne soyez pas encore techniquement enceinte, la plupart des femmes connaissent la date de leurs dernières règles contrairement à leur date d’ovulation, alors compter à partir des dernières règles fournit un moyen plus cohérent de calculer la date d’accouchement. Mais songez à vous préparer pour la conception en réduisant votre stress, en dormant suffisamment, en prenant des vitamines prénatales et en adoptant des habitudes saines (et en abandonnant celles qui le sont peu moins).

Qu’est-ce qu’il se passe dans mon corps ?

Cette semaine, vous avez vos règles. Vous ne le savez peut-être pas encore, mais il s’agit de vos dernières avant un bon moment. C’est à ce moment-là que vous expulsez la muqueuse utérine qui s’est développée pendant votre dernier cycle. Même si cette période peut être désagréable pour certaines femmes (petit remède : du chocolat et une bouteille d’eau chaude), tout un tas de choses passionnantes ont lieu dans votre corps. Cette semaine, l’hormone folliculostimulante (FSH) et l’hormone lutéinisante (LH) commencent à stimuler le développement de plusieurs poches remplies de fluide dans vos ovaires, appelées follicules. Chaque follicule contient un ovule. L’un d’entre eux deviendra dominant et libèrera un ovule mûr. Dans environ 40 semaines, cet ovule sera votre bébé !

Les symptômes que vous ressentez sont sans doute assez familiers :

  • Saignements vaginaux. Votre corps expulse la muqueuse utérine qui s’est formée pendant le dernier cycle, y compris votre ovule non fécondé.
  • Les variations des niveaux de progestérone et d’œstrogène dans votre corps peuvent se traduire par un ventre gonflé avant et pendant vos règles. Les pantalons extensibles sont vos amis.
  • Certaines femmes ont envie de manger salé. D’autres veulent manger sucré. Certaines veulent les deux (pourquoi pas !). Les coupables sont, encore une fois, les hormones.
  • Sautes d’humeur. Vous pouvez passer du rire au larme en un instant, et vous êtes grincheuse avec votre partenaire, cette fois encore, sans surprise, c’est à cause des hormones. « Ce n’est pas de ma faute, c’est les hormones » fonctionne à merveille, surtout si vous sautez sur l’occasion pour assouvir vos fringales.
  • Maux de tête. Devinez qui sont les responsables des migraines menstruelles dont vous souffrez peut-être ? Si vous dites les hormones, vous mettrez dans le mille.
  • Même si vos hormones ne sont pas directement responsables de cette sensation de fatigue, elles influencent des éléments qui peuvent conduire à l’épuisement. Si vous mangez trop de sucre, le coup de barre qui en résulte peut augmenter votre fatigue. Tout comme le sommeil de mauvaise qualité causé par la douleur, l’inconfort ou les réveils au milieu de la nuit.
  • Douleurs dans le bas du dos et/ou crampes. Pour expulser la muqueuse utérine, votre utérus se contracte. Pour beaucoup, cela entraîne des douleurs au dos ou au ventre. Relevez vos jambes, attrapez une bouteille d’eau chaude et les antidouleurs en vente libre de votre choix et attendez que le pire soit passé.

N’oubliez pas que même une fois vos règles finies, vous ne ressentirez aucun symptôme de grossesse avant que vous ayez manqué vos prochaines règles. Toutefois, certains symptômes susceptibles d’apparaître au cours des quelques prochaines semaines incluent une sensibilité des seins, de la fatigue, un fréquent besoin d’uriner et des nausées.

Commencer à prendre des vitamines prénatales

Si vous ne le faites pas déjà, commencez à prendre des vitamines prénatales contenant au moins 400 microgrammes d’acide folique. Il a été démontré que prendre de la vitamine B9 avant la conception réduit le risque d’une anomalie dramatique du tube neural. Gardez à l’esprit que la plupart des femmes ne se doutent pas qu’elles sont enceintes au cours des premières semaines mais que le bébé grandit rapidement. Les anomalies du tube neural surviennent généralement pendant ces quelques premières semaines.

Abandonnez vos mauvaises habitudes

Si vous essayez de tomber enceinte, c’est le bon moment pour arrêter les habitudes malsaines comme la consommation d’alcool, le tabagisme et la prise de drogues illégales ou récréatives. Étant donné que votre corps est sur le point de créer un tout nouvel être humain, il est important de prendre soin de vous. Si vous fouillez un peu, vous verrez que les conseils concernant ce qu’il est possible de consommer pendant la grossesse ont tendance à varier d’une source à une autre, et surtout d’un pays à un autre. Par exemple, l’American Pregnancy Association aux États-Unis affirme qu’il faut bannir l’alcool pendant la grossesse tandis que des organisations similaires dans d’autres pays disent qu’il n’y a aucun problème à boire un verre de temps en temps. Alors qui a raison ?

Et en ce qui concerne la caféine, certains médecins recommandent d’y renoncer totalement pendant la grossesse. Mais d’autres conseillent de ne pas dépasser 200 milligrammes par jour. Et d’autres encore disent qu’il n’y a pas de problème à consommer 300 milligrammes par jour.  Quel conseil devriez-vous suivre ?

La raison de cette disparité est qu’il existe une importante différence dans la qualité des recherches médicales effectuées sur ce sujet. Quand on y pense, les raisons sont évidentes. Qui pourrait mener une étude éthique qui examine les répercussions de la consommation de cinq verres de vin par jour sur le fœtus ?

Alors, quelle quantité de caféine est-il vraiment possible de consommer ?

Selon Emily Oster, professeure d’économie à l’université Brown et auteure de Expecting Better: Why the Conventional Pregnancy Wisdom is Wrong and What You Really Need to Know, les femmes enceintes pourraient très bien consommer de la caféine et de l’alcool avec modération. Emily a examiné toutes les recherches publiques elle-même et est parvenue à la conclusion que la plupart des recommandations officielles sont excessivement prudentes. Elle soutient que jusqu’à une boisson caféinée par jour au cours du deuxième et troisième trimestres ne pose pas de problème (et deux pendant le premier trimestre). En fait, pour la plupart, les études montrent qu’il n’y a pas d’effet négatif sur les bébés, même à des doses plus élevées.

Et concernant l’alcool, quelle quantité est-il possible de consommer ?

S’agissant de l’alcool, il ne fait aucun doute qu’une consommation abusive est néfaste pour votre bébé (et pour vous !) Plusieurs études, comme celle-ci menée en 2009 et publiée dans la revue médicale Pediatrics, ont montré que les femmes qui boivent beaucoup d’alcool pendant le deuxième ou troisième trimestre de la grossesse sont plus susceptibles d’avoir des bébés souffrant de problèmes cognitifs, tels que des retards de langage. Cela signifie consommer plus de 5 verres d’alcool en une fois. Quand cette consommation abusive survient pendant le premier trimestre, cela peut même causer des malformations physiques. Mais l’impact d’une telle consommation excessive n’est pas la même qu’une consommation occasionnelle et responsable, et c’est là que le sujet devient épineux.

En analysant les données, Emily a découvert qu’il n’existe aucune indication montrant qu’une consommation légère d’alcool (un verre de vin par jour) nuise au bébé. Il est cependant important de noter qu’un verre signifie un verre. Le NIH définit un verre comme :

  • 340 ml de bière ordinaire, qui contient généralement 5 % d’alcool
  • 140 ml de vin, qui contient généralement 12 % d’alcool
  • 45 ml de spiritueux, qui contient généralement 40 % d’alcool

Autres choses à prendre en compte :

  • Avec un peu de chance, vous avez suivi votre cycle pour connaître vos jours les plus fertiles. Un appareil portable comme Ava peut s’avérer très utile pour cela ! Si vous connaissez votre cycle d’ovulation, sachez que le meilleur moment pour avoir un rapport sexuel est deux jours avant la libération d’un ovule. Si vous n’êtes pas vraiment sûre, il vaut mieux avoir des rapports tous les deux jours plutôt que tous les jours.
  • Si vous ne l’avez pas encore fait, il est temps de prendre le temps avec votre partenaire de créer un carnet de l’historique de santé de la famille, comprenant tous les troubles génétiques ou chromosomiques que vous connaissez. Mieux vaut prévenir que guérir, comme on dit.
  • Si vous envisagez de concevoir, il vaut mieux d’abord en parler avec votre médecin. Il pourra s’assurer que tous les médicaments que vous prenez sont sûrs.

Grossesse : semaine 1 – FAQ

De combien de semaines suis-je enceinte ?

Quel est le meilleur moment pour tomber enceinte ?

Acide folique : quand dois-je commencer à en prendre ?

Calculatrice de nidation : quand est-ce arrivé ?

Consultation génétique : est-ce utile lorsque vous essayez de concevoir ?

Autres lectures indispensables

Si vous envisagez une grossesse, vous avez probablement déjà entendu parler des vitamines prénatales. Après tout, vous en êtes encore à la phase prénatale précédent la grossesse. Mais avant de prendre des vitamines prénatales, il est important de connaître leur rôle et pourquoi vous avez peut-être besoin de compléter les vitamines que les aliments vous apportent déjà. Si vous avez des inquiétudes ou si vous voulez savoir comment les vitamines peuvent interférer avec d’autres médicaments que vous prenez (ce qui est tout à fait possible), prenez rendez-vous pour en parler avec votre médecin.

Pour certaines femmes, le poids peut jouer un rôle important dans la probabilité de tomber enceinte. Même si l’Indice de masse corporelle (IMC) ne dit pas tout, les femmes ayant un IMC inférieur à 19 ou supérieur à 24 peuvent avoir plus de difficultés pour concevoir. Dans les deux cas, le poids peut influencer l’ovulation, et si vous n’ovulez pas, les spermatozoïdes n’ont aucun ovule à féconder. Une étude récente a révélé que l’obésité préalable à la grossesse est associée à un risque plus élevé de prise de poids excessive pendant la grossesse, ce qui entraîne des complications maternelles et un plus grand nombre de césariennes.

Related posts

Related posts

By continuing to use the site, you agree to the use of cookies. More information Acceptez

This site is using first and third party cookies to be able to adapt the advertising based on your preferences. If you want to know more or modify your settings, click here. By continuing to use the site, you agree to the use of cookies.