AvaWorld

Grossesse

Coronavirus : Faut-il cesser tout projet de conception à cause du Covid-19 ?

getting pregnant with coronavirus

Plats à emporter essentiels

  • Les premières recherches suggèrent que vous ne transmettrez probablement pas le COVID-19 à votre fœtus ou à votre nouveau-né
  • Évitez de tomber enceinte si vous avez été exposée au coronavirus
  • La pandémie pourrait restreindre l’accès aux soins prénataux

Ces dernières semaines, les nouvelles concernant le coronavirus — et l’inquiétude quant aux répercussions de la pandémie mondiale sur nos vies et notre santé — ont occupé chaque instant. Actuellement, tout est extrêmement incertain, et cela vaut particulièrement si vous essayez de concevoir ou que vous avez déjà un bébé en route.

Le coronavirus affecte-t-il votre capacité à tomber enceinte ? Faut-il cesser d’essayer de concevoir à un moment comme celui-ci ? Continuez à lire le présent communiqué afin de disposer des dernières informations sur tout ce que les médecins et les scientifiques savent jusqu’à présent sur le COVID-19 – la maladie causée par le coronavirus – et ses effets possibles sur la fertilité ainsi que la santé maternelle et fœtale. Nous sommes là pour vous fournir des informations afin que vous puissiez décider si vous souhaitez stopper tout projet de conception.

Qu’est-ce que le coronavirus et le COVID-19 ?

Le 11 mars, l’épidémie de coronavirus a été déclarée pandémie mondiale par l’Organisation mondiale de la Santé. Le virus à l’origine de la pandémie actuelle fait partie d’une famille de coronavirus. Il est lié à deux coronavirus qui ont provoqué de graves épidémies : le coronavirus du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV) et le coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV). Mais le nouveau coronavirus semble beaucoup moins grave et mortel.

Le COVID-19 infecte les voies respiratoires inférieures. Les patients développent au départ de la fièvre, de la toux et des douleurs ; les autres symptômes sont le mal de gorge, les maux de tête et les nausées.

L’âge moyen des patients hospitalisés avec le COVID-19 se situe entre 49 et 56 ans. De plus, la moitié d’entre eux avaient une maladie sous-jacente. La plupart des patients (54-73 %) sont des hommes, bien que les scientifiques en ignorent les raisons exactes.

Le COVID-19 a-t-il un effet sur la fertilité ?

Nous disposons de si peu d’informations pour le moment qu’il est impossible de savoir. En l’état actuel des choses, prenez tout ce que vous pouvez lire en ligne sur le COVID-19 et la fertilité avec une bonne dose de scepticisme.

Par exemple, une recherche mise en ligne par un centre de fertilité à Wuhan, l’épicentre de l’épidémie, a suggéré que le COVID-19 pourrait provoquer chez les hommes une réponse immunitaire à l’origine d’une inflammation des testicules et d’une diminution potentielle du nombre de spermatozoïdes. Mais le gouvernement chinois a rapidement supprimé cette publication, rendant impossible de creuser plus avant la recherche et encore moins d’en tirer des conclusions significatives.

Des organismes médicaux réputés, tels que l’American College of Obstetricians and Gynecologists et le CDC, n’ont jusqu’à présent fourni aucune information sur les éventuels effets du COVID-19 sur la fertilité.

Suis-je plus susceptible d’attraper le COVID-19 si je suis enceinte ?

Les femmes enceintes constituent une « population à risque » pour le COVID-19, d’après ce que nous savons des épidémies de coronavirus similaires (SRAS et MERS) antérieures, et en raison de la manière dont la grossesse affaiblit le système immunitaire, a noté l’ACOG dans un nouveau bulletin la semaine dernière.

Ainsi que The Lancet l’explique encore : « Les femmes enceintes sont sensibles aux agents pathogènes respiratoires et au développement d’une pneumonie sévère, ce qui les rend peut-être plus sensibles à l’infection par COVID-19 que la population en général, surtout si elles souffrent de maladies chroniques ou de complications maternelles ».

La grossesse affaiblit le système immunitaire et provoque des changements physiologiques (augmentation de la consommation d’oxygène, élévation du diaphragme) qui rendent les femmes enceintes particulièrement sensibles aux agents pathogènes respiratoires et aux pneumonies graves.

Si vous êtes enceinte ou que vous tombez enceinte, il vous est recommandé de prendre toujours plus de précautions sur des sujets comme la grippe – et la récente épidémie de coronavirus souligne l’importance de jouer la carte de la sécurité s’agissant de votre santé. Évitez la foule, ayez une bonne hygiène sanitaire et respectez la distanciation sociale.

La pandémie pourrait-elle affecter mon accouchement ?

Si l’on se base sur le passé, ce sera probablement le cas. Lors de l’épidémie de SRAS, par exemple, les hôpitaux ont sévèrement limité le nombre de visiteurs afin de contrôler la contagion. Les patientes ne pouvaient avoir qu’une seule personne présente pendant le travail et l’accouchement ; aucun visiteur n’était autorisé après la délivrance.

Les femmes qui accouchaient étaient renvoyées chez elles plus rapidement que d’habitude et on leur demandait également d’être mises en quarantaine pendant 10 jours, même si elles ne présentaient aucun symptôme et n’avaient pas été testées positives au SRAS.

Puis-je transmettre le COVID-19 à mon fœtus ou à mon nouveau-né ?

La réponse est brève : il semble que non mais nous ne le savons pas encore.

Une petite étude portant sur seulement neuf femmes enceintes de la région de Wuhan en Chine qui ont été testées positives au coronavirus n’a trouvé aucune preuve que le virus se soit transmis in utero des mères aux fœtus.

Les neuf femmes en étaient toutes à leur troisième trimestre quand elles ont été diagnostiquées, d’après une recherche publiée dans The Lancet le mois dernier. Elles présentaient le même type de symptômes que les personnes non enceintes atteintes de COVID-19. Leurs symptômes les plus courants étaient la fièvre et la toux, et toutes ont également contracté une pneumonie.

Les femmes ont accouché par césarienne et ont donné naissance à 10 bébés au total (une femme a eu des jumeaux). Six des enfants étaient prématurés et quatre sont nés à terme.

Lorsque les médecins ont effectué des tests en laboratoire sur six des mères et leurs nouveau-nés (nous ne savons pas pourquoi ils n’ont pas tous été testés) dans la salle d’opération, ils n’ont trouvé aucune trace de coronavirus dans le sang du cordon, le liquide amniotique ou les prélèvements de gorge des nouveau-nés. Le virus ne s’est pas non plus retrouvé dans le lait maternel.

Cela dit, vous avez peut-être vu un récent reportage sur un enfant d’un jour chez qui on a diagnostiqué le COVID-19. Cette histoire, qui est parue dans les médias d’État chinois et dans les actualités ici, est le premier reportage que nous connaissons qui semble indiquer une transmission verticale.

La transmission verticale se produit lorsqu’une mère transmet un agent pathogène (un coronavirus, dans le cas présent) à son fœtus ou à son nouveau-né par le biais du placenta, du lait maternel ou par contact direct pendant ou après l’accouchement.

Toutefois, comme les chercheurs le font remarquer dans The Lancet , l’échantillon de gorge du nouveau-né infecté « a été prélevé environ 30 heures après la naissance, ce qui ne donne aucune preuve directe d’une infection intra-utérine ».

Les grandes lignes sont pour l’instant les suivantes : il n’y a « actuellement aucune preuve » que vous pouvez transmettre le COVID-19 à votre fœtus ou à votre nouveau-né.

Le COVID-19 pourrait-il nuire à mon nouveau-né ?

D’après les connaissances dont nous disposons jusqu’à présent, c’est possible. Les recherches sur ces 10 nouveau-nés chinois et leurs mères ont montré que le COVID-19 était dû à un travail prématuré et qu’il affectait la santé des nouveau-nés, causant :

  • une détresse fœtale
  • une détresse respiratoire
  • une thrombocytopénie (faible taux de plaquettes)
  • un fonctionnement anormal du foie

Tous les nouveau-nés ont été hospitalisés. Malheureusement, un bébé est décédé.

Mais là encore, il s’agit d’un échantillon minuscule, qui nous fournit très peu d’informations sur lesquelles se fonder. Il reste encore beaucoup de recherches à faire pour comprendre pleinement les effets du COVID-19 sur la santé maternelle et fœtale.

Faut-il cesser tout projet de conception à cause du Covid-19 ? 

En fin de compte, il s’agit d’une décision extrêmement personnelle. Bien qu’il soit difficile de prédire la durée de la pandémie, les perturbations sociales, économiques et sanitaires deviennent la nouvelle norme – et pourraient être présentes pendant un certain temps.

L’ACOG prévoit une pénurie de personnel de santé, d’équipements de protection, de chambres d’isolement et de fournitures médicales. La pandémie pourrait rendre plus difficile l’accès aux soins prénataux. L’ACOG conseille aux obstétriciens et gynécologues d’utiliser la télémédecine pour fournir des soins prénataux chaque fois que cela est possible, compte tenu des pénuries prévues et pour réduire le risque de transmission.

Il convient de noter ici que lors de l’épidémie de SRAS, certains hôpitaux ont suspendu les services d’obstétrique qu’ils considéraient comme non essentiels, comme les échographies de routine. En général, les femmes enceintes consultent plus souvent leur médecin, et nous pourrions constater des limitations à ce niveau avec le COVID-19.

Dois-je cesser d’essayer d’avoir un enfant si j’ai côtoyé une personne atteinte du COVID-19 ?

Si vous pensez avoir été exposée au COVID-19, si vous présentez des symptômes ou si vous en souffrez déjà, évitez de tomber enceinte dès maintenant, recommande un bulletin récent de l’American Society for Reproductive Medicine (Société américaine de médecine de la reproduction). Ces mêmes recommandations s’appliquent également si vous envisagez de recourir à un don d’ovules ou de sperme pour concevoir ou à une mère porteuse pour mener à bien la grossesse.

L’ASRM recommande en outre que les femmes chez qui un coronavirus est diagnostiqué alors qu’elles suivent un traitement contre la stérilité envisagent de congeler tous leurs ovules ou embryons. L’ASRM suggère également de ne pas transférer d’embryons tant qu’un médecin ne vous a pas déclaré négative au COVID-19.

 


Voir les sources

Sonja A. Rasmussen, John C. Smulian, John A. Lednicky, Tony S. Wen, Denise J. Jamieson. Coronavirus Disease 2019 (COVID-19) and Pregnancy: What obstetricians need to know, American Journal of Obstetrics and Gynecology, Available online 24 February 2020.

Huijun Chen, Juanjuan Guo, Chen Wang, Fan Luo, Xuechen Yu, Wei Zhang. Clinical characteristics and intrauterine vertical transmission potential of COVID-19 infection in nine pregnant women: a retrospective review of medical records. The Lancet, Volume 395, Issue 10226, pages 809-815, March 7, 2020.

Jie Qiao. What are the risks of COVID-19 infection in pregnant women? The Lancet, Volume 395, Issue 10226, pages 760-762, March 7, 2020.

Huaping Zhu, Lin Wang, Chengzhi Fang, Sicong Peng, Lianhong Zhang, Guiping Chang, Shiwen Xia, & Wenhao Zhou. Clinical analysis of 10 neonates born to mothers with 2019-nCoV pneumonia. Translational Pediatrics, Volume 9(1), pages 51–60, February 9, 2020.

American College of Obstetricians and Gynecologists’ Immunization, Infectious Disease, and Public Health Preparedness Expert Work Group. Practice Advisory: Novel Coronavirus 2019 (COVID-19), March 13, 2020.

American Society for Reproductive Medicine. COVID-19: Suggestions On Managing Patients Who Are Undergoing Infertility Therapy Or Desiring Pregnancy. March 2020.

Mandy Zhuo. Coronavirus: Hubei government deletes report claiming Covid-19 could damage male fertility. South China Morning Post, March 12, 2020.

Nelson Oliveira. 1-day-old baby becomes youngest person with coronavirus as doctors fear pregnant women can pass illness to unborn kids. New York Daily News, February 5, 2020.3

Lindsay Meisel

Lindsay Meisel is the Head of Content at Ava. She has over a decade of experience writing about science, technology, and health, with a focus on women's health and the menstrual cycle. Her work has been featured on The Fertility Hour, The Birth Hour, The Breakthrough Journal, and The Rumpus.

Related posts

Related posts

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Plus d'information Acceptez

This site is using first and third party cookies to be able to adapt the advertising based on your preferences. If you want to know more or modify your settings, click here. By continuing to use the site, you agree to the use of cookies.